Maturità 2013, francese, riflessione sul concetto di capolavoro al linguistico

Temi del linguistico, eccoci pronti a spremere le meningi sul concetto di capolavoro, con un illustre esempio di Baudelaire.

Sujet

Définition du mot chef-d'oeuvre:

- Définition du dictionnaire: ouvrage capital et supérieur dans un genre quelconque.
- Définition personnelle. Qu est-ce que c'es, selon toi, un chef-d'oeuvre, ou qu-est-ce que tu considères un chef-d'oeuvre ?
- Citations: Ex

Un livre n'est jamais un chef-d'oeuvre: il le devient. Edmond de Goncourt

Essaye de développer un discours de cette idée.

Chef-d'oeuvre littéraires que tu connais.
Explique pourquoi, selon toi, un livre, une poésie ou un roman est un chef-d'oeuvre.

Développement

Definir, ou plutôt essayer de le faire, d'une façon naturellement toujours perfectible et, encore plus évidement, partielle, le concept même de chef-d'oeuvre reste un enjeu capitale pour la compréhension de la transmission d'une œuvre et de l'ensemble des œuvres en général. Signifie avant tout s'attarder à réfléchir à propos de l'influence qu'elle aura sur les contemporaines de l'auteur, mais surtout sur les générations suivantes, et sur l’état et la réputation de l'art un général.
On peut en effet situer la réflexion sur un telle sujet sur plusieurs niveaux et par rapport a différentes considérations techniques, mais il est en tout cas impossible d’éviter de considérer les données spatio-temporelles. Il sera donc utile, commencer à faire face à un thème si complexe en partent de sa collocation historique, pour l’élever soudainement à une condition supérieure. En suivant un mécanisme d’induction on pourra donc énumérer les éléments que traditionnellement sont typiques d'un chef-d'oeuvre pour élaborer une sorte de schéma à utiliser comme repère pour identifier ce qu'est, en réalité, un chef-d’oeuvre.
Qu'il puisse être la meilleure création d'un maitre reconnu dans son art ou une idéation exceptionnelle en soit, un chef-d'oeuvre reste toujours comme une sorte de pierre de voute, prête a définir les caractéristiques d'un milieu et d'une époque, en gardant an soi la capacité de surpasser les limites mêmes du stricte cercle des connaisseurs et des initiés.

Un chef-d’œuvre doit donc être considéré comme universel et atemporel, même si les racines de son existence sont bien figées dans le terrain dont il est sorti, parce que ça serait contreproductif de le considérer comme une fleur détaché de son contexte d'origine.
Chaque discours que prétend d'argumenter sur un chef-d'oeuvre mérite et nécessite au même temps, d’être encré sur une œuvre de référence, qui puisse, en complétant le mouvement d'induction avec celui de déduction, fermer la boucle de la réflexion en un ensemble cohérent en soi, mais sans aucune prétention d'exhaustivité.

Un exemple, à propos du sonnet "Spleen LXXV" de Charles Baudelaire


On a choisi de se pencher sur une référence incontestable de la littérature française comme Charles Baudelaire, dans le but de retrouver, à l’intérieur d'un de ses poèmes, les éléments déjà cités en précédence. Il s'agit de « Spleen LXXV », le premier par ordre chronologique entre les quatre "spleens", situé dans "Spleen et idéal", la première partie des Fleurs du mal, publié pour la première fois en 1851 et ensuite en 1857. Seize vers de poésie la plus pure, qui remettent en cause le concept même de sonnet classique, tout en respectent strictement la structure mètrique.
Sans s'attarder sur les détails purement métriques, on peut facilement remarquer en lisant le poème, qu'il s'agit d'un concentré de tristesse et de gloire. C'est la poésie même que change entièrement sa signification: vidée de l’intérieur et a nouveau remplie avec un sens nouveaux, le spleen déclare tout son pouvoir morbide, dans une ville qui gît juste à coté du cimetière voisin, dans le froid inquiétant de l'agonie.
Le poète a vieilli rapidement, comme son art, et désormais il erre dans l’atmosphère humide et putride du crépuscule sulfureux de son existence. Son chat, un temps voluptueux et fidèle source de mystérieuse inspiration, porte les marques de la décadence. Comme une âme perdue et oubliée, rongée par les remords, l’aède reste le seul témoin de la pâle lueur d'humanité au milieu de la contagion du monde contemporain, lequel ha désormais perdu ses repères traditionnels, comme peut l'être une pendule cassée et inutile au centre du foyer. Sur cette ultime fin de la société, la Spleen se déploie tout court.
Le tableau se termine sur une scène aux tons de requiem solennel, devant les versions anthropomorphisées des cartes emblématiques, comme la dame de pique et le valet de cœurs, qui sont réunies en guise de représentants de l'échec suprême du sentiment, désormais mort et devenu argument stérile et de privé de toute passion vivante.
Et pourtant, ce poème se rapproche, par la juxtapositions des paroles et par le rythme, au concept même de poésie contemporaine. Extrêmement moderne, plein de sens et de désespoir, "Spleen" peut être considéré comme une des meilleurs exemples du concept de chef-d’œuvre universel. Les sentiments que le sonnet trasmet forment un hôtel sacrificiel, désormais incrusté dans un recueil maudit et imprimé à jamais dans l'histoire.

Photo by FRANCOIS GUILLOT/AFP/Getty Images. Tutti i diritti riservati.

  • shares
  • Mail